Les autorités dominicaines ont durcit leur politique migratoire en septembre 2017. La Direction générale des migrations (DGM) indique plus de 9 000 étrangers notamment des citoyens de plusieurs pays dont Albanie, Belgique, Bulgarie, Cuba, Espagne, États-Unis, Pays-Bas, Portugal, Russie, Taiwan, Venezuela et Haïti ont été rapatriés.

En ce qui concerne les migrants haïtiens la DGM a fait état de l'arrivée de plus de 18 000 compatriotes. Pendant la même période 14 000 compatriotes sont rentrés en Haiti principalement au poste frontalier de Jimaní, où le flux est le plus élevé.

Par ailleurs les autorités dominicaines refusent l'accès gratuit aux soins de santé aux ressortissantes et ressortissants haïtiens rapporte le Groupe d'appui aux rapatries et réfugiés (GARR). Des femmes haïtiennes, ayant l'habitude d'aller accoucher dans les hôpitaux publics, en territoire dominicain, devront payer pour avoir accès aux soins de santé dans des centres hospitaliers privés dominicains.

Les officiels dominicains informent que le gouvernement dominicain dépense 5 milliards de pesos chaque année, en soins de santé pour les étrangers, notamment les femmes enceintes de nationalité haïtienne.

LLM / radio Métropole Haïti