La délégation était accompagnée des Représentants de l'Union européenne, du Front Parlementaire contre la Faim en Haïti (FPFH) et du Directeur Départemental Agricole du Nord'Est.

La mission des 6 Représentants Permanents de Pays membres de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en Haïti a été marquée par la visite des principales réalisations du projet « Amélioration de la sécurité alimentaire dans le Nord-Est », financé par l'Union européenne, et mis en œuvre par la FAO, en appui à la Direction Départementale Agricole du Nord-Est.

Selon un communiqué de la FAO, cette visite s'est déroulée en présence, respectivement, des représentants de la FAO en Haïti, Dr. Nathanael HISHAMUNDA, de l'Union européenne, M. Ambroise MAZAL, du Directeur Départemental Agricole du Nord-Est, M. Eric AUGUSTE, ainsi que de deux Représentants du Front Parlementaire contre la Faim en Haïti (FPFH), les Honorables Députés Tanis TERTIUS et Myriam AMILCAR.

La délégation a visité une écloserie d'une capacité de production de 200.000 alevins par an, construite dans la localité de Lagon aux Bœufs, Commune de Ferrier. Elle contient 5 étangs, dont un bassin de reproduction d'une superficie de 400 mètres carrés, où les géniteurs vont produire des alevins, et 4 bassins de 175 mètres carrés, chacun ayant en moyenne une capacité de production de 15.000 alevins par mois.

En plus des 5 étangs piscicoles, un magasin a été mis en place au bénéfice des groupements d'aquaculteurs et d'aquacultrices, disposant d'un système de réfrigération pour la conservation de poissons à froid alimenté en énergie électrique solaire, d'un entrepôt avec différents types d'aliments selon le stade de développement des poissons, ainsi qu'un lot de matériels d'exploitation (filet de pêche, balance, bacs et paniers de récolte, bonbonne d'oxygène pour le transport des alevins, et un kit pour le test physico-chimique de l'eau).

«Nous ne savons pas comment remercier le Ministère de l'Agriculture, la FAO et l'Union européenne pour cette écloserie qui vient changer radicalement les choses », s'est exprimé Joseph Décilien, aquaculteur et Facilitateur de Champ Ecole Paysan. « Avant la réalisation de ce projet, l'activité aquacole était purement artisanale. Quand nous pêchions dans le lac, nous ne savions pas d'avance si nous allions capturer, puisque c'était totalement aléatoire. Mais avec la construction de l'écloserie, nous avons désormais les moyens de produire des alevins, et de les faire grossir dans nos cages. C'est l'une des plus grandes réalisons du département du Nord-Est, et nous en sommes très reconnaissants ».

M. Eric AUGUSTE, Directeur Départemental Agricole du Nord-Est, a mis en évidencel'importance de cette écloserie, laquelle va contribuer au développement de la filière dans le Grand Nord, en créant des opportunités économiques durables pour les exploitants. Il a également accentué sur la nécessité de renforcer les compétences des aquaculteurs et des aquacultrices en vue d'une exploitation adéquate et pérenne de cette infrastructure.

Les Représentants Permanents, le Délégué de l'Union européenne, le Directeur Départemental du Nord-Est, ainsi que les deux Honorables Députés membres du Front Parlementaire contre la Faim en Haïti (FPFH), pour leur part, se sont réjouis des retombées positives que va avoir cette infrastructure piscicole pour les communautés avoisinantes qui vivent essentiellement de l'aquaculture.

La délégation a également visité des centres de stockage, de transformation et de commercialisation de produits agricoles dérivés du manioc, de l'arachide et du lait, dans le cadre du même projet. Ils ont constaté les progrès réalisés dans ces trois filières dans les communes de Capotille et de Ouanaminthe.

Ces groupements spécialisés dans le stockage, la transformation et la commercialisation de produits agricoles dérivés, n'ont pas manqué de témoigner la manière dont le projet leur a permis de changer leurs méthodes et techniques d'exploitation des différentes filières précitées. Cela a pour conséquence d'améliorer leurs conditions de vie et de travail, et d'augmenter significativement leurs revenus.

EJ/Radio Métropole Haïti