Environ 50 000 haïtiens risquent la déportation massive au cas où le statut de protection temporaire (TPS) dont ils sont bénéficiaires ne serait pas renouvelé.

En effet, le débat sur la question a été relancé après que le département d'Etat américain eut recommandé au département de la Sécurité intérieure que les 300 000 ressortissants des pays de l'Amérique centrale et d'Haïti, bénéficiaires du TPS, n'ont plus besoin de ce bouclier contre la déportation.

La semaine dernière, le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, dans une correspondance à la secrétaire du département de la Sécurité intérieure, Elaine Duke, a informé que les conditions en Amérique centrale et Haïti ne justifient plus le maintien du TPS.

Parallèlement, des informations disponibles laissent croire que près de 80 parlementaires et d'autres Américains sont favorables à l'extension du TPS.

Actuellement, des parlementaires travaillent sur une loi afin d'apporter une alternative, une solution durable.

EJ/Radio Métropole Haïti