La Congresswoman Démocrate de Floride, Frederica Wilson, a présenté une résolution bipartite visant à étendre le TPS aux migrants haïtiens aux Etats Unis. Avec 35 autres collègues, la congresswoman souhaite que le TPS soit prorogé de 18 mois en janvier 2018.

En début de semaine le département d'état avait recommandé la fin du TPS pour les 58 000 ressortissants haïtiens bénéficiant de ce statut depuis 2010. Dans quelques jours Elaine Duke, Cheffe par intérim du Département de la Sécurité intérieure (Department of Homeland Security - DHS) devra rendre une décision définitive sur la prolongation ou non du « Temporary Protected Status » (TPS).

« Haïti est engagé dans un processus long et extrêmement difficile de reconstruction de ses infrastructures et de son économie. Il est impossible de prévoir combien de temps cela prendra, mais il ne fait aucun doute que le pays n'est absolument pas en mesure d'absorber et d'aider des dizaines de milliers de personnes forcés à retourner en Haïti » a souligné Fredirica Wilson.

Elle fait remarquer que les détenteurs de TPS haïtiens apportent une part importante des 1,3 milliards que leur communauté aux États-Unis envoie à leur pays et contribuent à stimuler l'économie haïtienne et à soutenir les besoins de 500,000 proches. « Il serait à la fois cruel et sans cœur de la part des États-Unis de condamner inutilement près de 60,000 haïtiens qui ont vécu et travaillé aux États-Unis, à une vie d'incertitude et de désespoir abjecte », a dit Mme Wilson.

La déportation des détenteurs du TPS haïtiens coûterait aux États-Unis près d'un demi-milliard de dollars pour les renvoyer chez eux, plus de 2,7 milliards de PIB; et 428 millions en cotisations de sécurité sociale et d'assurance-maladie sur 10 ans.

LLM / radio Métropole Haïti