La Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, et l'Envoyée spéciale de l'ONU pour Haïti, Josette Sheeran, ont bouclé dimanche un déplacement de trois jours dans le pays.

Selon le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, la visite a pour objet de réaffirmer l'engagement des Nations Unies envers le peuple haïtien. « Ce partenariat a pour but d'aider Haïti à passer d'une approche d'urgence à des solutions durables, de l'aide à l'investissement, de la distribution à la coopération main dans la main pour le développement durable, à la démocratie et à la dignité pour tous les Haïtiens », avait déclaré le chef de l'ONU dans une tribune publiée mercredi dans le journal américain 'Miami Herald'.

Samedi, Mme Mohammed a fourni des détails sur le « nouvel esprit de partenariat » mis en avant par M. Guterres. « Nous venons pour essayer de trouver une autre façon de faire les choses mieux. Parce que dans le passé, nous avons échoué. Nous n'avons pas été en mesure de faire ce que nous avions prévu », a déclaré aux Cayes la Vice-Secrétaire générale. La nouvelle mission onusienne a pour rôle d'assister le gouvernement haïtien à renforcer les institutions de l'État de droit, à continuer de développer les capacités de la police nationale et à promouvoir les droits de l'homme.

Dès leur arrivée en Haïti, les deux responsables onusiennes sont allées à la rencontre des personnes toujours confrontées au choléra aux obstacles de l'accès à l'eau et à l'assainissement. « Nous ferons le travail pour rester derrière Haïti, pour retourner chaque pierre jusqu'à ce que nous aboutissions à la transmission zéro » du choléra, a déclaré Mme Mohammed.

« Haïti mérite la chance d'avoir un nouvel avenir » Au delà de l'éradication du choléra, la visite de Mme Mohammed et de Mme Sheeran a mis l'accent sur la nécessité pour Haïti d'investir dans l'avenir de son peuple et de sa jeunesse. « C'est une nouvelle ère pour Haïti et Haïti mérite la chance d'avoir un nouvel avenir », a déclaré Mme Mohammed.

La Vice Secrétaire générale a notamment souligné l'importance d'investir dans les infrastructures nécessaires pour la reconstruction et le développement du pays, ravagé en 2010 par un tremblement de terre. « Sans infrastructures vous ne pouvez pas avoir d'emplois, pas gagner de revenus, n'aurez pas les ressources pour payer les services d'eau, d'assainissement, de santé et d'éducation », a dit la numéro 2 du Secrétariat des Nations Unies. « Cela va au-delà de la charité, c'est investir dans votre avenir », a-t-elle ajouté, soulignant l'appui que l'ONU, la Banque mondiale et la communauté internationale doivent continuer à apporter aux efforts entrepris par le gouvernement et le peuple haïtiens.

En Haïti, la Vice-Secrétaire générale a également souligné les efforts entrepris dans le domaine de l'environnement, - un domaine interconnecté avec la lutte contre le changement climatique et avec le développement du pays, notamment la création d'emploi et de revenus pour les femmes. « Nous étions très excités de voir des femmes, des femmes qui travaillent », a dit Mme Mohammed. « Ce qu'un homme peut faire en Haïti, une femme en Haïti peut le faire aussi ».

LLM / radio Métropole Haïti