Les sénateurs haïtiens ont différé à deux semaines la séance de sanction sur le rapport de la commission éthique et anti corruption sur la mauvaise gestion des fonds de Pétrocaribe. La commission a présenté son rapport en séance plénière mais les débats sur le fond ont été reportés sur requête de plusieurs pères conscrits.

Ils ont estimé impératif un délai raisonnable afin de mieux analyser le document de plus de 600 pages.

Le président de la commission, Evaliere Beauplan, a distribué de nouveaux copies du documents en raison des modifications apportées au cours des derniers jours. Toutefois il assure qu'il s'agissait d'erreurs matérielles qui ne modifient ps le fond du document.

Les sénateurs ont mis 4 heures pour débattre sur la possibilité de voter le rapport suivant la méthode utilisée par les commissaires.

Le président du Sénat, Youri Latortue, a décidé de reporter la séance au 30 novembre 2017. Il juge que les sénateurs et leurs conseillers disposent d'un délai appréciable pour analyser le document.

Il insiste sur l'importance du dossier faisant valoir qu'Haïti a au cours de ces dernières années dégringolé au classement de l'indice de perception de la corruption. Nous sommes passés de la 89 eme à la 175 eme place dans l'indice de perception de la corruption, a dit M. Latortue.

Il souligne que les 190 états ont les yeux fixés sur les sénateurs dans le cadre de ce dossier. Même s'il s'est refusé à tout commentaire sur le fond du rapport, M. Latortue confirme être attaché au document qu'il avait en partie préparé en 2016.

Il est évident qu'il y a un problème, a lancé M. Latortue mettant l'accent sur la nécessité de respecter la forme et le fond dans le cadre du dossier.

Le président du Sénat assure que ces collègues peuvent assumer leurs responsabilités faisant valoir que même les membres de partis disposent d'une certaine indépendance.

LLM / radio Métropole Haïti