Les ex Premiers Ministres peuvent dormir tranquille, ils ne sont pas visés par le rapport de la commission sur la mauvaise gestion des fonds de Pétrocaribe. Le rapport a été présenté hier aux sénateurs par la commission éthique et anti corruption présidée par Evalière Beauplan.

Il explique que selon les procédures administratifs les chefs de gouvernement ne sont pas directement impliqués dans le décaissement des fonds mobilisés par les résolutions du conseil des ministres. En réalité ce sont les ministres qui gèrent les fonds alloués.

Toutefois les Premiers Ministres, qui avaient cumulé leurs fonctions avec un portefeuille ministériel, peuvent être visés pour leur gestion en tant que ministre.

Deux ex Premiers Ministres, Jean Max Bellerive et Laurent Lamothe se retrouvent dans cette situation. Ils avaient occupé le poste de ministre de la planification et de la coopération externe sous les administration de René Préval et Michel Martelly.

L'important ministère de la planification et de la coopération externe est un outil pour un contrôle efficace de la Primature.

D'autres Premiers Ministres dont Michel Duvivier Pierre Louis, Evans Paul, Gary Conille et Enex Jean Charles n'avaient pas cumulé de portefeuilles ministériels.

Toutefois M. Jean Charles avait été ministre de la défense, un ministère non impliqué dans la gestion des fonds de Pétrocaribe.

Les Premiers Ministres ne seront pas poursuivis directement mais ne sont pas pour autant à l'abri de poursuite. Le sénateur Beauplan a fait valoir que des poursuites peuvent être engagées en cas de dénonciation d'un ministre.

Les ex Premiers Ministres ne sont pas blanchis dans le cadre de ce dossier mais ont pu obtenir gain de cause puisqu'ils ne sont pas impliqués dans la gestion des fonds avec le Bureau de Monétisation de l'Aide Publique au Développement (BMPAD) en charge du décaissement des fonds mobilisés.

LLM / radio Métropole Haïti