Le Président de la République, Jovenel Moïse, accompagné de son épouse, la Première dame, Mme Martine Moïse, et du Premier Ministre, Dr. Jack Guy Lafontant, a participé, en ce 18 novembre, au Haut du Cap, à la commémoration des 214 ans de la bataille de Vertières, guerre qui a conclu à l'indépendance de la nation haïtienne, le 1er janvier 1804.

En présence de Hauts dignitaires de l'État, Ministres et Secrétaires d'Etat, Directeurs généraux, Membres du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Parlementaires, Maires, responsables et membres d'organisations et d'associations, Représentants de la Société civile, le Chef de l'État a procédé au dépôt d'une gerbe de fleurs aux pieds du monument de Vertières, en vue d'honorer la mémoire des héros de notre indépendance nationale qui ont combattu vaillamment à la concrétisation du rêve de tous les Haïtiens : leur indépendance du joug de la colonisation esclavagiste

Le Président Jovenel Moïse s'est ensuite dirigé au Collège Notre Dame du Cap-haitien pour assister à la messe d'Action de grâce suivie du Te Deum célébrée par l'Archevêque du Cap, Mgr. Max Leroy Mézidor.

Le chef de l'Etat s"est ensuite rendu à la Tribune officielle sur le Boulevard Carrénage, où il a procédé, en présence du Haut-État major, à la remise du drapeau national à l'Escorte de couleur du bataillon des Forces Armées d'Haïti (FAd'H).

"La célébration de la Victoire de Vertières, ce 18 novembre 2017, c'est la démonstration de la volonté des Haïtiens, à travers leurs leaders politiques dûment élus et exerçant la plénitude de la souveraineté nationale, de prendre le destin historique national en mains", a lancé, au début de son discours, le Président Jovenel Moïse qui croit que les conditions sont réunies pour le réveil des forces vives de la Nation de la léthargie dans laquelle les querelles intestines l'ont enfoncée depuis déjà trop longtemps.

"Vertières, c'est le refus de la fatalité, c'est la victoire contre l'exclusion, c'est la victoire contre toutes les formes de ségrégation et de tyrannie raciste et démagogique qui empêchent les Haïtiens, les Haïtiennes de toutes couches sociales, de toutes complexions de peau, de forger l'entente nationale qui doit leur permettre de convenir d'un plan de redressement national à la hauteur de nos ambitions légitimes", a poursuivi le Chef de l'Etat qui exige que les idéaux de Vertières se lisent dans l'espace et l'environnement politique, social et économique de la nation.

Le Chef de l'État a enfin tendu la main à tous les Haïtien(ne)s, opposants politiques, gens de la campagne, citadins, ouvriers, entrepreneurs, étudiants, enseignants, Haïtiens de l'intérieur, Haïtiens vivant à l'étranger, leur rappelant que l'heure est arrivée pour le sursaut national, que le lambi de la concorde, de l'Union qui fait la Force, a sonné, et qu'il retentit de Fort Liberté à Dame Marie, d'Anse-à-Pitre au Môle St. Nicolas, de la Navase, aux Cayémites, à la Gonave, jusqu'à La Tortue.

Le Président de la République a profité de la parade militaire exécutée par les officiers des nouvelles Forces Armées d'Haïti (FADH), sur le boulevard Carrénage du Cap-haitien, pour remettre aux lauréats, venus des dix départements du pays, les Prix du concours national de textes sur le symbolisme de Vertières.

EJ/Radio Métropole Haïti