L'ex Premier Ministre haïtien, Jean Max Bellerive a fait montre d'un calme effrayant lors de sa participation à l'émission Le Point de Télé Métropole le week end écoulé.

Accusé dans le rapport sur la mauvaise gestion des fonds de Pétrocaribe, M. Bellerive a appelé à une enquête internationale sur la gestion de plus de 3 milliards de dollars obtenus dans le cadre d'un accord avec le Venezuela sur l'achat d'hydrocarbures.

C'est la première fois qu'un ex dirigeant haïtien se dit prêt à jouer la transparence sur son gouvernement auprès des instances internationales. M. Bellerive, dénonce un acharnement contre sa personne depuis 6 ans.

Le Premier Ministre qui avait géré l'urgence après le violent séisme du 12 janvier 2010, se plaint des mensonges, des incohérences et des contres vérités dans le rapport Beauplan.

Il s'indigne notamment que le sénateur Beauplan lui reproche d'avoir construit 15 ponts dans sa région grâce aux fonds mobilisés dans le cadre de l'état d'urgence. Il fait remarquer également qu'il est accusé de mauvaise gestion de certains projets tandis qu'il n'était plus aux commandes du Ministère de la planification.

L'ex Premier Ministre de feu René Préval, souhaite une enquête internationale mais exige d'abord que les institutions haïtiennes chargées de lutte contre la corruption puissent jouer pleinement leur rôle. Il s'agit notamment de la Cour des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA), de l'Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC) et de l'Unité Centrale de Renseignements Financiers (Ucref).

Un rapport des parlementaires sera toujours politique, prévient-il.

M. Bellerive, qui fut l'un des proches collaborateurs de M. Préval durant son second mandat, dit comprendre les attaques d'un secteur de la gauche contre lui. Il rappelle qu'il s'identifie aux partis politiques proches de l'ex président Préval dont Inité et Vérité.

Le sénateur Beauplan est réputé proche de Lavalas.

LLM / radio Métropole Haïti