L'armée est la mère de la nation, a lancé le président haïtien, Jovenel Moïse, le week end écoulé lors des cérémonies officielles de remobilisation des forces armées d'Haiti.

Le chef de l'état a pris le soin d'expliquer la nécessité d'une force armée redoutée par certains citoyens et l'opposition de gauche. Cette institution est prévue dans la constitution, a dit M. Moïse.

Autre argumentaire du chef de l'état cette nouvelle armée ne sera pas une copie de l'ancienne accusée de violations des droits humains elle sera orientée vers la défense et l'effort au développement. Les trois corps de la nouvelle armée sont ainsi orientés vers les efforts de contrôle des frontières, d'intervention lors de catastrophes naturelles et d'aide sanitaire.

L'armée sera apolitique, a martelé à maintes reprises le président Moïse comme comme convaincre les antimilitaristes.

Au cours des prochaines semaines il reviendra aux parlementaires de s'impliquer dans l'effort de remobilisation des forces armées. Les sénateurs devront ratifier le choix de l'ex colonel Jodel Lesage comme nouveau chef d'état major. Ensuite les membres des deux branches du Parlement devront voter des législations relatives au fonctionnement de cette institution.

Remise en selle après 23 ans de léthargie, les forces armées d'Haiti seront dotées d'une nouvelle philosophie dont les grandes lignes sont définies dans le livre blanc préparée par une commission présidentielle sous l'administration de Michel Martelly.

Le président Moïse a également nommé le week end écoulé les membres du haut état major des FAD'H.

LLM / radio Métropole Haïti