En janvier 2018 l'administration Donald Trump accordera un délai de 18 mois aux 58 000 haïtiens vivant aux Etats-Unis sous le Statut de Protection Temporaire (TPS) pour quitter le pays.

La secrétaire par intérim du département de la Sécurité Intérieure, Elaine C. Duke, a soutenu hier qu'un délai de 18 mois, jusqu'au 22 juillet 2019, est accordé avant que l'ordre de quitter les Etats-Unis ne devienne effectif.

Dans son communiqué le Département de la Sécurité Intérieure, explique que « la décision de mettre fin au TPS pour Haïti a été prise après un examen des conditions sur lesquelles était fondée la désignation initiale du pays et si ces conditions exceptionnelles mais temporaires empêchaient Haïti de gérer adéquatement le retour de ses ressortissants, comme l'exige la loi. Sur la base de toutes les informations disponibles, y compris les recommandations reçues dans le cadre d'un processus de consultation inter-institutions ».

La Secrétaire par intérim, M. Duke, a déterminé que ces conditions extraordinaires mais temporaires causées par le tremblement de terre de 2010 n'existent plus. Ainsi, en vertu de la loi applicable, la désignation TPS actuelle doit être résiliée. »

Les autorités américaines ont fait valoir que des Haïtiens couverts par le TPS pourront rester en Amérique s'ils ont d'autres demandes d'immigration légale.

Selon le Los Angeles Times, plus de 30 000 Haïtiens touchés par la décision vivent en Floride. Les Haïtiens bénéficient du programme qui empêche leur déportation depuis le violent séisme du 12 janvier 2010. LLM / radio Métropole Haïti