La possibilité pour les anciens bénéficiaires du TPS de trouver refuge au Canada s'amenuise. Le gouvernement canadien s'évertue à envoyer des signaux négatifs pouvant décourager les migrants haïtiens installés illégalement aux Etats Unis et qui seront déportés en juillet 2019.

Seulement 10% des demandes d'asile faites par Haiti ont été acceptées, selon de nouvelles données disponibles ce mercredi et diffusées sur le site La Presse.ca.

Le fait que le nombre de demandes de la part d'Haïtiens ayant obtenu une réponse positive soit «très bas» devrait servir de mise en garde pour ceux envisageant encore de traverser la frontière entre les États-Unis et le Canada de manière illégale, a déclaré le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen.

Au cours des 9 derniers mois la Commission de l'immigration et du statut de réfugié a reçu au total 14 467 demandes de la part de personnes ayant fait une entrée irrégulière à la frontière, et la proportion de requêtes acceptées se situe à 60 %, a diffusé aujourd'hui La Presse.ca, un journal canadien.

Haïti est en tête de liste des pays ayant soumis des demandes avec 6 304 personnes enregistrées. Seulement 10% des demandes ont été acceptées, autrement dit sur les 6 304 demandes, 29 ont reçu le statut de réfugiés.

Le ministre fédéral de l'Immigration assure qu'il «continue à se préparer». La menace d'une possible nouvelle vague de réfugiés haïtiens semblent lourdement peser sur le Canada pendant que 10 000 ont déjà été pris en charge.

LLM / radio Métropole Haïti