L'archevêque Silvano Tomasi, regrette la décision des autorités américaines de mettre un terme au TPS pour les migrants haïtiens. « C'est une décision triste, parce que la population haïtienne aux États-Unis qui est arrivée après le tremblement de terre et après la tempête qui a détruit la moitié de l'île, ne peut pas revenir à une situation qui est toujours très difficile, » explique t-il.

L'archevêque Tomasi, Conseiller du Dicastère pour la promotion du développement humain intégral, souhaite la poursuite des négociations sur une protection pour les anciens bénéficiaires du TPS. « Nous espérons que dans les mois qui viennent, il y aura encore de la place pour négocier et retarder, afin d'assurer la protection des Haïtiens aux Etats-Unis », a insisté le religieux qui avait présenté le message du Pape François lors de la Journée mondiale de la paix 2018, intitulé «Migrants et réfugiés: hommes et femmes en quête de paix»

Par ailleurs des législateurs dénoncent la décision de l'administration Trump.

Le Sénateur Démocrate Jesse Hamilton, représentant 20e district sénatorial du centre de Brooklyn (New York), qualifie la décision de scandaleuse. « Je suis catégoriquement opposé à la décision scandaleuse de l'Administration Trump de cibler encore une population vulnérable, en mettant fin au statut de protection temporaire de 59,000 Haïtiens. Haïti se reconstruit toujours à la suite des catastrophes naturelles qui ont fait des centaines de milliers de morts et déplacé plus de 1,5 million de personnes ces dernières années. Dans notre pays, ce serait quelque chose comme 45 millions d'Américains déplacés. », dit-il.

Le sénateur Hamilton considère comme important l'octroi d'un statut de protection temporaire à 59,000 Haïtiens et à leurs enfants nés aux États-Unis et citoyens des États-Unis. Il juge que le TPS est important également pour la capacité d'Haïti elle-même de continuer à se reconstruire.

LLM / radio Métropole Haïti