Des leaders de plusieurs organisations de défense des droits humains appellent à l'adoption de dispositions pour régulariser la situation des bénéficiaires du TPS.

Des organisations de la société civile haïtienne dont le Groupe d'Appui aux Réfugiés et Rapatriés (GARR), impliquées dans une campagne pour le renouvellement du TPS en faveur des migrants haïtiens, saluent la décision des autorités américaines d'accorder un délai de 18 mois après l'expiration du programme. Même si cette décision est loin d'apporter une satisfaction complète aux bénéficiaires, elle leur permettra toutefois d'entreprendre des démarches sur une plus longue durée en vue de régulariser leur statut, précisent les responsables du GARR dans un communiqué.

Les autorités haïtiennes via l'Ambassade d'Haïti à Washington, devraient accompagner les Haïtiens bénéficiaires du programme. Ces derniers ont grand besoin d'avocats qui maitrisent bien le dossier pour les aider à changer de statut en attendant une amnistie qui serait l'idéal pour tout le monde, insistent-ils.

Les dirigeants des organisations de défense des droits des migrants presse l'Ambassadeur haïtien à Washington, Paul Altidor, à poursuivre le service de support déjà disponible à l'ambassade pour accompagner les migrants haïtiens dans leurs démarches.

Les organisations encouragent le gouvernement haïtien à poursuivre les négociations avec les autorités américaines en vue de trouver des pistes de solutions durables et définitives pour les compatriotes haïtiens installés depuis plusieurs années sur le sol américain.

Par ailleurs un projet de loi a été déposé par des Congressmen américains dans le but de faciliter aux bénéficiaires du TPS une régularisation définitive de leur statut.

LLM / radio Métropole Haïti