Le chef de l'état haitien, Jovenel Moïse, repasse à l'offensive dans son bras de fer avec l'opposition. M. Moïse a réitéré hier sa volonté de mettre en place le Conseil Electoral Permanent (CEP) et le Conseil Constitutionnel.

Après avoir réussi son pari de remobiliser les Forces Armées d'Haiti (FAD'H), M. Moïse a insisté sur la nécessité de mettre en place les institutions prévues par la Constitution de 1987. Il s'indigne notamment que 30 ans après l'avortement du scrutin organisé par le premier conseil Electoral Provisoire, le conseil permanent n'a toujours pas été mis en place.

Le président Moïse a fait l'annonce de l'aboutissement prochain du processus de nomination des membres du CEP, en présence du président du Sénat, Youri Latortue, du président de la Cour de Cassation, Jules Cantave et du Premier Ministre, Jack Guy Lafontant.

Selon la constitution amendée les trois pouvoirs devront designer chacun trois représentants au sein du CEP. Les parlementaires réunis en assemblée nationale devront dans le cadre de la session extraordinaire en cours designer leurs représentants.

Cependant les leaders de l'opposition affichent leur réticence en ce qui a trait à la formation du CEP. Ils redoutent que les partis politiques qui contrôlent l'exécutif, le Parlement et le Judiciaire s'accaparent du CEP pour préparer des fraudes lors des prochaines joutes.

Les dirigeants de l'opposition contestent également la remobilisation des Forces Armées arguant de l'absence d'un consensus national sur le dossier. Ils redoutent que ces forces soient au service du gouvernement et du parti au pouvoir.

LLM / radio Métropole Haïti