Dans son dernier rapport le Réseau de Systèmes d'Alerte Précoce contre la Famine a fait état des perspective pour la sécurité alimentaire en Haiti. Les prévisions font état de conditions stables sauf dans les zones affectées par les aléas climatiques.

De février à mai, la situation demeurera stable et certaines zones affectées par Irma auront commencé à se récupérer. Cependant, les zones côtières du Sud passeront en Crise (phase 3 de l'IPC) à cause des effets cumulés de l'impact de Matthew et des faibles résultats de la campagne de printemps.

Le passage des ouragans Irma et Maria a eu des effets importants au nord et nord-est du pays. Un rapport conjoint de la direction départementale agricole du Nord-Est (DDANE), de la direction de Protection civile (DPC) et de la FAO atteste que les plantations de riz, de banane, de manioc, de maïs, de pois Congo et d'arachide ont été les plus affectées.

Environ 1308 hectares de cultures sont complètement détruits, notamment dans les plaines (Maribaroux, Fort Liberté, Caracol, Trou du Nord, Limonade, Quartier Morin), et dans les hauteurs (Mont Organisé, Carice, Sainte Suzanne, Mombin Crochu).

La performance des récoltes de banane, des racines et tubercules, du maïs et du haricot parmi d'autres cultures alimente la disponibilité alimentaire locale d'octobre à janvier. Les revenus générés par la vente de ces produits et de la main-d'œuvre permettront aux ménages d'accéder au marché.

La plupart des régions sera en Minimale (IPC phase 1) et en Stress (IPC phase 2), hormis les zones affectées par Irma qui se trouveront en crise (phase 3).

LLM / radio Métropole Haïti