Plus de 4.500 ménages agricoles vulnérables, soit 22.500 personnes, ont pu relancer leurs activités agricoles et de pêche, dans le cadre du projet de « renforcement de la résilience des ménages agricoles affectés par la sécheresse et l'ouragan Matthieu, dans le Nord-Ouest ».

Avec le support financier du Gouvernement du Canada et l'assistance technique de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), en appui au Ministère de l'Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR).

En effet, l'impact dévastateur de l'ouragan Matthieu n'a pas seulement touché le Grand Sud du pays, mais également les communes de Baie de Henne, Bombardopolis et Môle Saint Nicolas, dans le Département du Nord-Ouest, affaiblissant significativement la production agricole, l'élevage et la pêche. Ce qui a eu pour effet de vulnérabiliser davantage les agriculteurs qui peinent encore à se relever des conséquences néfastes des trois dernières années de sécheresse induite par le phénomène « El Niño ».

Sensible à cette situation, la FAO, avec l'appui financier du Gouvernement Canadien, a pris l'initiative de soutenir le Ministère de l'Agriculture, à travers la Direction Départementale du Nord-Ouest, dans la mise en œuvre du projet dans les communes susmentionnées, afin de rétablir les moyens de subsistance de ces ménages ruraux dont la survie dépend presque totalement des activités agricoles.

Ce projet d'un montant estimé à 400.000 dollars canadiens a permis de relancer la production agricole de 2.000 ménages vivant de l'agriculture familiale, de 2.000 ménages (60% de femmes cheffes de ménages) appartenant à 10 groupements de producteurs maraîchers et de 500 pêcheurs dont les cultures et les matériels/équipements de pêche ont été décimés tant par la sécheresse que l'ouragan et/ou la sécheresse.

Au début de la saison culturale de printemps 2017, chacun des 2.000 ménages vulnérables bénéficiaires de l'assistance semencière du projet a reçu 500 boutures de patate douce, 300 boutures de manioc, 8 kg de semences de haricot de Lima (pois de souche en créole) et 5 kg de semences de maïs. Cette assistance a permis à chaque bénéficiaire de produire plus de 800 kg de denrées alimentaires diversifiées.

M. Armand Franget, bénéficiaire du projet dans la commune de Bombardopolis, a remercié et félicité la FAO, le Gouvernement du Canada et le Ministère de l'Agriculture pour cette initiative qui a contribué à la relance des activités agricoles des ménages frappés par l'ouragan Matthieu, tout en soulignant, d'un air satisfait, la précocité (cycle de 3 mois) et la résistance à la sécheresse de la variété de patate douce, dont les boutures lui ont été fournies par la FAO .

M. Sonel Leblanc, Directeur Départemental de l'Agriculture du Nord-Ouest, a souligné les retombées positives du projet pour les producteurs agricoles et les pêcheurs dans les communes ciblées. « Les petits agriculteurs familiaux étaient découragés parce qu'ils n'avaient rien à semer alors qu'ils venaient de passer plus de 2 saisons culturales avec de très faibles récoltes, à cause de la sécheresse et de l'ouragan Matthieu. Les variétés données par la FAO sont précoces et tolérantes à la sécheresse. Par exemple, la variété de patate douce mizè malere a permis aux bénéficiaires d'avoir une bonne récolte 2 mois et demi après la plantation, alors que la variété traditionnelle a un cycle de 5 à 6 mois. Elle est tellement appréciée que l'Organisation Pan American Development Foundation (PADF) a dû acheter toutes les boutures produites par les Groupements de Production Artisanale de Semences (GPAS), encadrés par la FAO, pour les distribuer dans d'autres localités non couvertes par le projet ».

Le projet a également distribué des matériels de pêche à 500 pêcheurs regroupés en 5 associations sélectionnées à Môle saint Nicolas (200 pêcheurs), Baie de Henne (200) et Bombardopolis (100). Chaque association a aussi bénéficié d'un moteur de bateau. Grâce à cette assistance, les possibilités de capture de poissons de chaque pêcheur ont doublé (environ 70 kg/semaine).

La FAO a appuyé également des groupements d'agricultrices en production maraîchère, éducation nutritionnelle et hygiène des aliments. Sandra Marc, membre du Mouvement pour l'Avancement et le Progrès du Nord-Ouest (MOFAPNO), a remercié la FAO pour les formations réalisées dans le cadre de ce projet qui ont permis aux femmes leaders d'Organisations Communautaires de Base d'améliorer leurs pratiques nutritionnelles, alimentaires et sanitaires. Elle a particulièrement apprécié les techniques de production de menus équilibrés en éléments nutritifs à partir des produits locaux. De plus, les semences maraîchères distribuées, notamment le chou, l'okra et le piment, ont permis aux membres du groupement de diversifier l'alimentation de leurs familles et de générer des revenus en vendant des légumes.

EJ/Radio Métropole Haïti