Le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Ocnam Clame Daméus, a présenté le vendredi 2 février 2018 sa démission au ministre de la justice. Dans une brève correspondance le chef du Parquet de la capitale n'a pas expliqué les motifs de sa décision.

Au cours des dernières semaines un profond désaccord avait caractérisé les relations entre les deux juristes. Le garde des sceaux, Heidi Fortuné, avait le 25 janvier 2018, blâmé le chef du Parquet pour son comportement préjudiciable dans le traitement négligé de certains dossiers.

Le chef du Parquet avait exprimé en maintes occasions sa determination à lutter contre la corruption suivant les priorités du chef de l'état, Jovenel Moïse. Il avait émis deux ordres d'interdiction de départ contre deux ex ministres du gouvernement de transition, Yves Romain Bastien et Camille Edouard, faisant état d'enquête contre ces personnalités.

Il avait, après l'audition de l'ex ministre Edouard, expliqué que la mesure d'interdiction de départ était maintenue.

M. Daméus, qui avait déjà occupé cette fonction sous l'administration de Michel Martelly, avait été demis au profit de Danton Leger. Il avait au début de l'administration de Jovenel Moïse, repris ses fonctions.

M. Daméus avait laissé entendre qu'il était prêt à démissionner s'il ne pouvait s'acquitter de sa tache de chef de la poursuite convenablement. La démission de M. Daméus, moins d'un an après son entrée en fonction témoigne de la complexité de gestion du Parquet de la plus importante juridiction du pays.

LLM / radio Métropole Haïti