Le Parti Populaire National (PPN) demande à l'Exécutif de publier le rapport d'évaluation du processus électoral élaboré par le CEP. Le dirigeant de ce parti, Benjamen Dupuy estime qu'il n'y a pas moyen d'organiser les élections législatives séparées des Présidentielles comme le prévoit la constitution. Ben Dupuy appelle le gouvernement à destituer le CEP de Léon Manus et à mettre sur pied un autre conseil pour tenir les élections générales.

Par ailleurs, la Mission d'Obervation Electorale de l'OEA préoccupée par l'absence d'une date définitive pour la tenue des élections. La Mission de l'OEA souhaite que les discussions entre le CEP et la Présidence aboutissent pour mettre un terme à ce blocage. Le Coordonnateur de la Mission formule le voeu que le Nouveau Parlement puisse entrer en fonction le 12 juin. Orlando Marville indique que le retard pris pour la publication d'une date pour les élections gêne un peu l'action des observateurs.

Quant à la décision de l'Espace de Concertation de rappeler ses membres du gouvernement Alexis, l'opposition se déclare favorable. Tout en restant critiques à l'endroit des dirigeants de l'Espace, qui avaient signé l'accord du 6 mars 1999 avec la Présidence, plusieurs responsables de partis estiment que la porte est désormais ouverte à la formation d'un front de l'opposition pour les prochaines compétitions électorales.