Une dizaine de chefs d'état ou de gouvernements de la Caraïbe sont en Haïti pour 2 jours pour participer à la 29e conférence des chefs d'états de la CARICOM qui s'ouvre ce lundi.

Dans son discours de circonstance le président de la République Jovenel Moïse a salué le courage des habitants des Iles Turks and Caïcos, d'Antigua et Barbuda, de la Dominique, des Iles Vierges Britanniques et de Saint-Martin.

« Je remercie les Chefs d'Etat et de Gouvernement qui ont fait le déplacement en dépit de leurs hautes responsabilités. Je compte sur votre bonne volonté à mettre à contribution vos ressources pour le succès de ces journées de travail »a fait remarquer le président haïtien.

Il a fait savoir qu'il assume la présidence de la CARICOM à un moment spécial où la région connait un nombre élevé de phénomènes atmosphériques extrêmes, provoqués en grande partie par le réchauffement climatique Par ailleurs il souligné que sous son administration, des efforts notables sont en train d'être déployés pour permettre aux institutions publiques impliquées dans la lutte contre la corruption de jouer pleinement et efficacement leur partition.

« La lutte contre la corruption, en plus d'être une exigence nationale, s'inscrit en droite ligne dans le cadre d'une série d'exigences de la globalisation et de l'intégration économique de tous les pays de la planète », a déclaré le Chef d'Etat haïtien.

Il a indiqué qu'Haïti est l'un des premiers pays à adopter la Convention Internationale de Lutte contre la Corruption en 1996. Depuis tantôt trois ans des efforts notables ont été consentis pour renforcer les institutions dédiées à la lutte contre les dangers de ce fléau.

« Mon objectif durant les prochains mois est d'assurer, avec la grandeur et le prestige requis, le leadership du processus d'intégration dans l'optique de laisser comme héritage une Communauté caribéenne renforcée, unie et solidaire, encore plus dynamique », a martelle Monsieur Moïse.

Au menu des discussions à l'occasion de cette première journée : l'officialisation du français comme langue de la Communauté au côté de l'anglais et la mise en place d'un système d'assurance commun au bénéfice des différents états de l'organisation régionale.

EJ/Radio Métropole Haïti