Le Président de la chambre des députés salue la décision prise par le gouvernement de faire obligation que les transactions qui s'effectuent en Haïti soient libellées en monnaie locale, la Gourde ! Reconnaissant qu'une telle décision est loin de faire l'unanimité et que déjà la majorité des économistes questionnés y voient beaucoup d'inconvénients, Gary Bodeau appelle les acteurs au dialogue.

En effet, pour l'élu de Delmas, il est nécessaire d'en finir avec la dollarisation informelle mais l'équipe au pouvoir ne peut en décider seule.

Conscient des remous que créent les dispositions de libeller les transactions en gourde uniquement, Gary Bodeau estime qu'il s'avère nécessaire que les acteurs passent à table pour couper court aux spéculations déjà constatées sur le marché.

‘'S'il y avait un marché boursier en Haïti, la décision du gouvernement aurait pu provoquer un crack boursier'', affirme le député Bodeau qui critique seulement la façon de faire.

Toutefois, ce dernier voit dans la démarche de l'administration Moïse-Lafontant la volonté de faire appliquer la loi en Haïti.

Brandissant la Constitution, l'élu de Delmas insiste que la Gourde est la monnaie nationale réservée aux transactions sur l'ensemble du territoire.

Notons que l'obligation faite par le gouvernement par arrêté pris en conseil des ministres a déjà suscité des remous au sein du secteur économique. Certains économistes estiment qu'une telle mesure est susceptible de décourager l'investissement étranger, d'autres la jugent prématurée.

Comme Gary Bodeau, l'économiste Eddy Labossière estime très bonne la décision gouvernementale et appelle le ministère du commerce à veiller à son application.

GA/Radio Métropole