A Mirebalais, les membres de la presse se déclarent indignés après l'attentat qui a coûté la vie au directeur de Radio Haïti Inter. L'Association des Journalistes de Mirebalais (AJM) appelle les autorités à retrouver les auteurs du crime.

A Jérémie, l'actualité est dominée par l'incendie de la résidence du président du BED de la Grand'Anse, Ernso St Clair. Cet incendie a coïncidé avec l'annonce d'une manifestation de protestation contre l'assassinat du directeur de Radio Haïti Inter, Jean Dominique. Des témoins déclarent avoir entendu une explosion avant l'incendie.

Dans l'île de la Gonâve, un candidat à la mairie du Parti Louvri Baryè (PLB) accusent le CEP et l'Exécutif de faire passer le temps pour organiser des élections générales à la fin de l'année. Adza Douassaint estime que ces entités souhaitent tenir un scrutin au profit d'un parti.

Au Cap-Haïtien, réaction d'indignation au niveau des différentes couches de la société après le meurtre du directeur de Radio Haïti Inter. La presse, la classe politique et les organisations populaires réclament justice.

Aux Cayes, la société civile est bouleversée par le meurtre de Jean Dominique, directeur de Radio Haïti Inter. Dans le monde de la presse particulièrement, c'est la consternation.

A Jacmel, l'ancien secrétaire général de la Fédération Nationale des Maires d'Haïti (FENAM), aujourd'hui, candidat à la députation de l'OPL, condamne l'assassinat du directeur général de Radio Haïti Inter. Jackson Bellevue estime que ce meurtre est le fruit des contradictions du régime lavalas. M. Bellevue a par ailleurs réclamé la tenue d'élections législatives dans les meilleurs délais.