Le Président de la République a procédé, ce mercredi, à l'installation des membres du comité de pilotage des états généraux sectoriels de la nation. Selon Jovenel Moïse, cette structure constitue l'organe stratégique de cette instance.

Dans ses propos de circonstances, le chef de l'Etat a précisé à l'intention des membres du comité que le résultat attendu de leur travail est la production d'un Pacte Pour la Stabilité et le Progrès Economique et Social qui devra lui être soumis pour validation dans les 6 mois.

‘'Je remercie les membres du Secrétariat Technique d'Organisation de ces assises. Vous avez une responsabilité historique de participer à la réalisation d'une œuvre colossale de transformation de notre société. Je sais que vous allez être à la hauteur des ambitions placées en vue et des attentes de la population'', a dit le Président.

En effet, Jovenel Moise reconnait qu'il est grand temps que le pays oriente ses efforts dans le sens de renforcer les capacités individuelles et collectives face à ces échecs répétés et créer les conditions devant permettre à l'ensemble des citoyens d'aborder l'avenir avec confiance et détermination.

‘'C'est dire que les réformes qu'impliquent ces changements désirés ne se feront pas à froid. Elles doivent être portées par la force de conviction que tout cela est possible. Elles seront le résultat de l'adhésion volontaire de l'ensemble de la population'', a martelé le numéro un de la nation.

D'après Jovenel Moïse, les états généraux sectoriels de la nation sont conçus comme un espace de dialogue entre toutes les filles et tous les fils de ce pays. Il s'agira, souligne-t-il, pour l'ensemble de la collectivité de repenser le cadre de notre existence collective et de faire émerger de leurs discussions un nouveau modèle qui doit inspirer le Pacte Pour la Stabilité et le Progrès Economique et Social.

‘'Notre problème, c'est notre manière d'être ensemble. Notre problème, c'est notre représentation de nous-mêmes.

Pour changer durablement nos conditions d'existence, il nous faut non seulement faire autre chose, il nous faut surtout le faire autrement. Il y va de notre capacité à réaliser nos ambitions légitimes de progrès pour tous et de prospérité partagée. Ce changement ne peut s'opérer que par le dialogue. Ce changement n'est possible que par l'adhésion volontaire de l'ensemble des citoyens à des principes et des valeurs que le rendent possible'', a déclaré fermement Jovenel Moïse.

Plus loin, le locataire du palais national a fait état de la finalité du nouveau Pacte qui est de créer les conditions pour rendre possibles des changements majeurs dans divers domaines couvrant les quatre grands secteurs d'activités : politique, économique, social et culturel.

1. La Gouvernance politique ; 2. La Gouvernance locale ; 3. La Gouvernance économique ; 4. La Gouvernance environnementale et aménagement du territoire ; 5. La Gouvernance de l'espace public et médiatique ; 6. La gouvernance du système éducatif ; 7. La gouvernance du système de santé ; 8. L'identité culturelle et l'intégration sociale ; 9. L'ordre et la sécurité publics ; 10. La Place d'Haïti sur la scène internationale.

‘'Nous sommes à la croisée des chemins dans notre vie de peuple. Première République noire, forgée par nos ancêtres esclaves, qui ont été, dans l'histoire de l'humanité, les seuls à mener avec succès la lutte contre le système esclavagiste colonial, nous avons des responsabilités. D'abord, envers nous-mêmes, envers nos enfants surtout auxquels nous avons l'obligation de laisser un pays meilleur que celui dans lequel nous évoluons actuellement, mais aussi envers le monde, dont l'histoire a été réécrite avec le sang de nos ancêtres et qui, aujourd'hui, a tant besoin de souffle nouveau.

Oui, le combat de ce siècle en ce qui nous concerne doit être livré aujourd'hui. Ce ne sera pas un combat contre telle ou telle puissance. C'est un combat pour notre dignité de peuple. Nos ancêtres nous ont légué en héritage la liberté et l'indépendance. Ces derniers acquis ne peuvent durablement être garantis et protégés que par une puissance politico-économique sur laquelle doit reposer notre État. C'est à cet enjeu que répondent ces états généraux sectoriels de la nation'', a conclu le chef de l'Etat invitant ainsi les membres du comité à se mettre au travail.

GA/Radio Métropole Haïti