Le chef de l'état haïtien, Jovenel Moïse, serait préoccupé par l'enlisement de la procédure judiciaire sur l'assassinat du journaliste, Jean Léopold Dominique.

Le responsable de SOS un syndicat de journaliste, Guyler C. Delva, a révélé avoir discuté de l'état du dossier avec le président haïtien. Il a promis de jouer sa partition avec le Sénat pour compléter la Cour de Cassation, a dit M. Delva.

La Cour de Cassation doit se prononcer sur un recours de l'ex sénatrice, Mirlande Libérus Pavert, accusée d'implication dans l'assassinat du directeur de Radio Haiti Inter le 3 avril 2000.

18 ans après le dossier est toujours bloqué dans le cadre d'une procédure interminable. M. Delva est confiant et dit entrevoir le bout du tunnel.

Il assure que les personnes accusées ne pourront après l'arrêt de la Cour de Cassation utiliser de multiples recours qu'il qualifie de dilatoires. Le dossier sera renvoyé je l'espere à la Cour d'Appel de Port-au-Prince et les accusés ne pourront exercer qu'un ultime recours par devant la Cour de Cassation, explique t-il.

M. Delva, qui fut un collaborateur de Jean Dominique, assure inlassablement depuis 18 ans le suivi de ce dossier par devant les autorités judiciaires et politiques. Il salue le travail du juge Ivickel Dabrésil qui avait réalisé une investigation sur cet assassinat.

M. Delva avait déposé hier mardi 3 avril 2018 une gerbe de fleurs devant les locaux de radio Haiti Inter où M. Dominique avait été assassiné. Nous réclamons justice, a martelé a trois reprises M. Delva.

M. Dominique, propriétaire de la radio avait été assassiné en même temps que le gardien, Jean Claude Louissaint.

LLM / radio Métropole Haïti