Lors de leur intervention à l'occasion d'une réunion spéciale du Conseil de sécurité des Nations Unies, les diplomates américains et français ont exprimé leur satisfaction en raison des progrès accomplis par Haïti sur le plan de la stabilisation.

La Représentante des Etats Unis aux Nations Unies, Mme AMY Noel Tachco a salué la transition exemplaire entre la MINUSTAH et la MINUJUSTH, avant de se dire encouragée par le chemin parcouru par Haïti, s'agissant en particulier de la Police nationale. La promotion de l'état de droit et le renforcement des capacités de la police sont essentiels, a-t-elle dit.

La diplomate américaine a exhorté le Gouvernement haïtien à renforcer le secteur judiciaire, à lutter contre la surpopulation carcérale et à accroître la participation des femmes dans les processus de prise de décisions afin de garantir l'avenir du pays après le départ de la MINUJUSTH.

Elle a salué la stratégie de sortie échelonnée de la Mission et souligné qu'il reste encore beaucoup de travail à abattre jusqu'au retrait de la Mission. Mon pays est un partenaire de longue date d'Haïti, a-t-elle insisté, se félicitant qu'un nouveau chapitre de l'histoire du pays soit en train de s'écrire.

C'est également l'avis du délégué de la France. M. Francois Delattre a souhaité que la MINUJUSTH soit dotée des moyens nécessaires en vue d'accompagner dans les meilleures conditions possibles la Police nationale haïtienne lors de ses opérations sur le territoire national, « y compris avec l'appui de capacités aériennes et médicales ». Ce soutien international ne représente néanmoins qu'une transition vers une pleine appropriation par les autorités haïtiennes du maintien de l'ordre public, a-t-il poursuivi.

S'agissant du renforcement de l'état de droit, autre axe du mandat de la Mission, le diplomate français a souligné l'importance du vote d'un code pénal et d'un code de procédure pénale avant la fin du mandat de la MINUJUSTH.

Les succès engrangés grâce au soutien international dépendent désormais de la volonté des autorités haïtiennes de s'approprier le travail réalisé jusqu'à présent, a-t-il déclaré. Défendant une politique « active et ambitieuse » en matière des droits de l'homme, M. Delattre a appelé à un suivi attentif de ce sujet majeur lors de la mise en œuvre du mandat de la MINUJUSTH. Il a notamment souhaité une amélioration du système pénitentiaire, la défense des droits des femmes et le respect des droits des citoyens face à l'État.

LLM / radio Métropole Haïti