Le Conseil de sécurité des Nations Unies devrait dans les prochains jours proroger le mandat de la Mission des Nations Unies pour l'appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH).

La semaine écoulée M. Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, a affirmé que la Mission des Nations Unies pour l'appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH) était pleinement opérationnelle et mettait en œuvre son mandat. Il a expliqué son mode de déploiement, avec une composante civile concentrée dans la zone de Port-au-Prince et des unités mobiles pluridisciplinaires pour suivre l'évolution politique et celle de l'état de droit et discuter avec les communautés et autres acteurs dans l'ensemble des 10 départements.

En même temps, la Mission a placé 135 officiers de police auprès de la Police nationale haïtienne (PNH) dans les 10 départements et 23 membres des services pénitentiaires dans 9 des 18 prisons que compte le pays. Enfin, la présence de sept unités de police constituées dans cinq régions permet de satisfaire aux prescriptions de soutien opérationnel à la PNH.

La Mission travaille en coopération étroite avec les 19 agences et programmes des Nations Unies présents dans le pays, ainsi qu'avec le Bureau de l'Envoyée spéciale du Secrétaire général, Mme Josette Sheeran, afin de réaliser son mandat tout en assurant une transition sans heurt vers un développement inclusif et durable, grâce à une approche cohérente, globale et intégrée conforme aux réformes en cours et à la vision de la prévention du Secrétaire général.

La Mission assiste la Police nationale haïtienne dans la mise en œuvre de son plan stratégique de développement 2017-2021, en particulier par son programme de mentorat. Dans un autre domaine clef, la Mission appuie les mesures visant à limiter la détention provisoire prolongée et la surpopulation carcérale, en coopération notamment avec le barreau de Port-au-Prince.

Pour M. Lacroix, le rôle de la Mission en matière de suivi des droits de l'homme permet de disposer d'un système d'alerte précoce et d'analyse structurelle qui la rend en mesure d'ajuster son rôle de plaidoyer et son soutien spécialisé. Toutefois, a-t-il ajouté, la faiblesse actuelle des institutions de l'état de droit génère des défis et encourage une culture de l'impunité. Il faut donc encore renforcer les institutions nationales de droits de l'homme.

Pour être efficace, une opération de maintien de la paix comme la MINUJUSTH doit entretenir une « relation saine » avec le Gouvernement et la population, fondée sur la solidarité et la confiance mutuelle, a fait observer M. Lacroix, qui s'est dit encouragé par les efforts du Président Moïse pour créer un climat de changement et améliorer la vie quotidienne de la population, y compris par l'initiative de la « Caravane pour le changement ».

Notant que les relations entre la Mission et le Gouvernement auraient pu être plus harmonieuses, le Secrétaire général adjoint s'est dit encouragé par les indices récents d'une plus grande convergence des priorités nationales et de la Mission. Il a notamment salué le fait que le Président Moïse ait annoncé récemment ses priorités en matière de réforme de l'État et de maintien de la stabilité politique et sociale.

En dépit des progrès, M. Lacroix soutient que le pays devait encore surmonter de nombreux défis et risques dans le cadre de la transition du maintien de la paix vers le développement. Il a mentionné en particulier les incertitudes économiques persistantes et l'exclusion sociale qui en résulte, notamment pour les jeunes et les plus vulnérables.

LLM / radio Métropole Haïti