Un séminaire technique à l'intention des cadres des institutions financières du pays a été organisé, ce mercredi à l'initiative de l'organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Selon un responsable à la Direction générale des impôts, François SERANT, ce séminaire devra faciliter la résolution des problèmes au sein du système financier haïtien.

Le renforcement de l'administration fiscale est une nécessité quasi-mondiale. Haïti n'y échappe pas. Ce séminaire technique réalisé sous l'égide de l'OCDE a pour objectif de consolider le système financier de plusieurs pays en réseau puisque le problème fiscal de l'un peut affecter l'autre, explique le fiscaliste François Sérant.

Les faibles recettes fiscales collectées en Haïti d'année en année découlent des failles qui caractérisent le système financier haïtien. C'est du moins ce que croit François Sérant.

Sur le plan international par exemple, Haïti n'a signé à date aucune convention susceptible d'aider les autorités de mieux contrôler les actions des investisseurs étrangers sur le marché local. Ce qui est un déficit à corriger, selon le professeur en droit fiscal.

Pour parvenir à renforcer l'administration fiscale haïtienne la formation des cadres du système financier est nécessaire ainsi que la révision de la législation fiscale du pays, ce qui ne sera que bénéfique pour Haïti. Ce séminaire est une initiative de l'OCDE, une organisation créée en 1960 par 18 pays européens ainsi que les États-Unis et le Canada dans l'optique de favoriser le développement économique mondial.

Aujourd'hui, l'OCDE compte 35 pays Membres à travers le monde, de l'Amérique du Nord et du Sud à l'Europe et l'Asie-Pacifique. Beaucoup des pays les plus avancés en font partie. Sont partie prenante également des pays émergents comme le Mexique, le Chili et la Turquie.

GEA/Radio Métropole Haïti