Le ministre de la Justice explique le dernier arrêté présidentiel concernant la PNH par la nécessité d'établir une cohésion au sein du CSPN. Selon Jean Roudy Aly, le conseil supérieur de la police nationale est obligé de répondre de toutes les actions posées par le corps et en ce sens doit en être mis au courant et les légitimer.

Le ministre rejette les accusations selon lesquelles cette mesure aurait pour but de politiser la PNH notamment à l'approche des prochaines élections.

Le ministre de la justice précise que le conseil supérieur de la police nationale n'entend pas se substituer à la direction générale de l'institution. Selon lui, Michel-Ange Gédéon conserve tous ses pouvoirs selon lui.

Alors que les débats vont bon train sur les raisons qui pourraient motiver une telle décision, le ministre Jean Roudy Aly les présente en un mot : Cohérence.

Selon le juriste, cet arrêté ne serait qu'un rappel sur la nécessité pour le CSPN de fonctionner dans la cohésion. Le conseil tout entier est responsable des actes de la police souligne le ministre de la Justice.

Contrairement à certaines considérations exprimées depuis la sortie de l'arrêté, l'Exécutif ne souhaite pas politiser la PNH, rappelle celui qui est installé il y a peine un mois a la tête du ministère de la justice.

La police demeure un organe détaché de ce ministère selon la loi même qui l'a créée, indique le gouvernement. Deux membres de la PNH font partie du CSPN fait remarquer Jean Roudy Aly.

GEA/Radio Métropole Haïti