Le Conseil d'Administration de la Banque mondiale a approuvé, la semaine écoulée un don de 75 millions de dollars fait par l'Association Internationale de Développement (IDA) visant l'amélioration des infrastructures routières en milieu rural en Haiti.

« Près de 61% de la population vit à plus de 2 km d'une route carrossable par tous les temps en 2015 et la plus grande partie des routes rurales sont en mauvais état et à peine praticable », a révélé la Banque Mondiale dans son communiqué.

Cette enveloppe de l'IDA devra permettra à plus de 350 000 haïtiens vivant dans les départements du Sud, du Sud-Est et des Nippes, d'avoir un « accès amélioré à des routes praticables en toutes saisons, aux marchés locaux et aux centres de santé».

Ce projet vient en appui au programme du chef de l'état qui promet de « construire 4 000 km de routes, afin de développer ce réseau rural et d'assurer la connectivité interurbaine d'ici à 2021 ».

Ce projet baptisé « Projet d'accessibilité et de résilience rurale » rendra plus accessibles les routes et améliorera la sécurité routière au bénéfice des populations les plus vulnérables « y compris les femmes commerçantes (madan Sara) qui assurent le transport des marchandises et effectuent de nombreux déplacements pour subvenir aux besoins de leurs familles ».

En plus de l'enveloppe de 75 millions de dollars, l'IDA fait un don de 15 millions visant, cette fois-ci, « l'amélioration de la gestion des finances publiques et de l'information statistique ». Cet argent « permettra de renforcer les capacités d'Haïti à produire, diffuser et utiliser des données financières et budgétaires plus précises et plus récentes, afin d'améliorer la gestion et le contrôle budgétaire », dit la Banque mondiale.

« Le Projet d'accessibilité et de résilience rurale en Haïti sera mis en œuvre par le ministère des Travaux publics, des Transports et des Communications, tandis que le Projet d'amélioration de la gestion des finances publiques et de l'information statistique sera exécuté par le ministère de l'Économie et des Finances sur une période de cinq ans ».

LLM / radio Métropole Haïti