M. Guychard Doré, l'un des conseillers du chef de l'État haïtien, affirme que le gouvernement haïtien par son vote à l'OEA refuse d'interférer dans les affaires internes du Venezuela.

Le représentant d'Haiti a voté abstention hier lors de l'Assemblée Générale de l'OEA sur la résolution recommandant des sanctions contre le Venezuela.

De l'avis de M. Doré cette position s'inscrit dans la tradition de non ingérence la diplomatie haïtienne.

Il soutient que le vote d'Haiti signifie que le gouvernement haïtien reconnait l'existence d'un malaise au Venezuela. Le vote envoie un message au gouvernement vénézuélien pour dire qu'Haiti est un partenaire mais il faut être à l'écoute des autres, a expliqué M. Doré.

Haiti ne peut s'inscrire dans une logique de prendre des sanctions économiques et sociales contre le Vénézuela comme recommande la résolution, insiste t-il. Ce dossier doit être traité par le gouvernement et l'opposition dans le cadre d'un dialogue, a martelé M. Doré.

Le conseiller du chef de l'état a fait valoir que le vote n'était pas motivé par la dette d'Haiti dans le cadre du programme Pétrocaribe. Le vote abstention prend en compte la longue histoire d'amitié entre les peuples haïtien et vénézuélien, a dit M. Doré rappelant que le président haïtien Alexandre Pétion avait aider Simon Bolivar à conquérir l'indépendance.

Interrogé sur les conséquences du vote sur les relations entre Haiti et les Etats Unis, M. Doré a dit n'être pas au courant de pressions américaines liées au dossier du TPS.

Environ 60 000 haïtiens perdront le statut de protection temporaire au début de 2019.

En ce qui a trait aux éventuelles représailles des Etats Unis, M. Doré a soutenu qu'il ne faut pas comprendre de cette manière les relations internationales. Chaque pays a une histoire, argue t-il.

LLM / radio Métropole Haïti