La séance d'interpellation du Premier Ministre, Jack Guy Lafontant tenue le jeudi 28 juin 2018 a été renvoyée. Il n'y a eu aucune intervention aucun échange entre le chef du gouvernement et les 16 députés interpellateurs. Dans le jargon parlementaire la séance a été mise en continuation.

Le président de la chambre des députés a pris la résolution de renvoyer les officiels du gouvernement en raison de l'insistance des députés de l'opposition pour que les 5 nouveaux ministres soient expulsés de la salle de séance.

Une correspondance de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) avait confirmé que 4 ministres avaient été ordonateurs des fonds publics. Une information qui confortait les députés de l'opposition dans leurs critiques.

Le président de la chambre des députés a tranché faisant valoir qu'il est urgent de former une commission spéciale pour enquêter sur les dossiers des nouveaux ministres. Considérant cette nouvelle donne, résultat de la correspondance de la Cour des Comptes, M. Bodeau a fait valoir qu'on ne peut interpeller le gouvernement en partie. La séance est reportée jusqu'à la publication du rapport de la commission spéciale.

Les députés interpellateurs n'ont plus la haute main sur la procédure d'analyse des dossiers. L'assemblée avec une majorité proche du chef de l'état devra sanctionner le rapport de la commission avant la reprise de la séance d'interpellation.

107 députés étaient présents lors de cette séance. Un record tenant compte des fêtes patronales et de la Coupe du monde de football.

Le dossier de l'interpellation risque de s'enliser si la majorité n'apporte pas le quorum pour la tenue des séances plénières.

LLM / radio Métropole Haïti