Le gouvernement espère collecter 6.7 millions de gourdes sur les produits pétroliers au cours du prochain exercice fiscal. Ces recettes sont prises en compte dans le projet de budget soumis la semaine écoulée aux deux branches du Parlement.

Le Président de l'Association Haïtienne des Économistes, Eddy Labossière, est favorable à l'ajustement des prix des produits pétroliers. Il considère le manque à gagner de l'État comme une subvention aux couches aisées de la population. Une enquête a prouvé que 62% de la subvention sur les produits pétroliers sont accordés aux membres de la classe moyenne, a expliqué M. Labossiere. Les couches vulnérables ne bénéficient que de 2% de la subvention, souligne le président de l'Association des Economistes plaidant pour l'adoption de mesures courageuses.

Cependant il recommande l'adoption de « filet de protection sociale » pour que la subvention puisse parvenir aux plus vulnérables.

C'est également l'argument du ministre de l'information et de la communication, Guyler C. Delva. Il soutient qu'une partie des nouvelles ressources collectées à partir des taxes sur les produits pétroliers permettront de réaliser des programmes pour les démunis.

M. Labossière prévient que la subvention cessera de toute façon un jour. Lorsque le baril de pétrole atteindre 80 dollars américains l'état ne pourra plus subventionner, a expliqué M. Labossiere mettant en garde contre l'ouverture du marché aux commerçants. Si l'état ne peut plus importer les produits pétroliers le secteur privé le fera en recherchant le maximum de profit, dit-il.

Le prix du baril de pétrole est à la hausse sur le marché international. En début de semaine le baril de brent pour livraison en Aout était de 74 dollars américains.

LLM / radio Métropole Haïti