Une situation de terreur règne depuis plusieurs semaines à l'entrée sud de la capitale, plus précisément à Martissant et à Grand ravine où des gangs armés s'affrontent.

C'est la psychose de peur chez les résidents des bidonvilles de Cité Plus et Village de Dieu, à Martissant (sud de Port-au-Prince) confrontés à la violence des groupes armés. De nombreux citoyens ont fui ces quartiers au cours des dernières 24 heures, confie un résident.

Craignant d'être les victimes de la guerre entre les gangs, de nombreux citoyens ont fermé leurs portes. Il s'agit d'une fuite dans la précipitation, explique ce citoyen puisqu'ils ont laissé leurs meubles dans les résidences.

D'autres ont décidé de rester sur place parce qu'ils n'ont pas le choix. Ces individus qui sont sur place n'ont pas de famille où ils pourraient trouver refuge, explique t-il.

Les résidents sous le choc des récents actes de violence et apeuré refusent de répondre aux questions des journalistes.

Les activités économiques ont repris timidement dans la zone de Cité Plus et Village de Dieu, non loin du théâtre national.

De rares petits détaillant étaient présent ce qui contraste avec un espace habituellement foisonnant d'activités commerciales. Un petit détaillant affirme qu'il est présent parce que c'est son seul moyen de subsistance. Il assure avoir pris des précautions mettant moins de produits sur les étagères afin de pouvoir fuir facilement en cas de reprise des violences.

Les résidents qui acceptent de dialoguer avec les journalistes pressent les autorités à rétablir la paix et la sécurité publique dans ce quartier.

Les conflits entre groupes armés sont récurrents dans les bidonvilles de Martissant. Les quartiers populeux de Cité Plus, Village de Dieu et des Bolosses étaient relativement calme au cours des derniers mois.

EJ/Radio Métropole Haïti