Les autorités dominicaines ont reconduit 60 migrants haïtiens à la frontière Anse-à-Pitres/Pedernales (Sud-est), le 20 juin 2018, rapporte le Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés.

Originaires en majorité d'Anse-à-Pitres et de Thiotte, les migrants haïtiens vivaient à Juancho, une localité de Pedernales, République Dominicaine.

Ils oeuvraient dans l'agriculture et la construction lorsqu'ils ont été appréhendés, précise un communiqué du GARR.

Le GARR se dit indigné des conditions dans lesquelles les autorités dominicaines effectuent les opérations de rapatriement à la frontière haïtiano-dominicaine. Il plaide en faveur du respect des droits de tous les ressortissantes et ressortissants haïtiens lors des rapatriements.

Dans son dernier rapport au Conseil de sécurité de l'ONU le secrétaire général a indiqué qu'au cours du premier trimestre de 2018 des centres d'accueil des déportés étaient surpeuplés. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance et l'Organisation internationale pour les migrations avaient envoyé du personnel chargé de la protection ainsi que des camions d'articles non alimentaires à Anse-à-Pitres.

LLM / radio Métropole Haïti