Le week end écoulé les gangs armés du quartier du Martissant ont une fois de plus intensifié leurs démonstrations de force. Les résidents de ces quartiers expriment leurs préoccupations face à la passivité des forces de l'ordre. Ils considèrent qu'ils sont livrés à eux mêmes puisqu'il n'y a pas eu d'intervention des forces de l'ordre.

Les affrontements entre les gangs des quartiers populeux sont récurrents pour le contrôle des régions.

Le député de la 3 eme circonscription de Port-au-Prince, Printemps Bellisaire, déplore l'insécurité dans cette région. Il exhorte les autorités gouvernementales à rechercher les causes profondes des violences. Les jeunes qui n'ont pas de sources de revenus ont en leur possession des armes à feu de grand calibre et une grande quantité de munitions, constate t-il évoquant des financements externes.

Membre de l'opposition parlementaire le député Bellisaire regrette la passivité du gouvernement en dépit de l'intensification des violences qui empêchent la création massive d'emplois. Le député Lavalas fait état également de la dégradation des conditions socio économiques de la majorité des citoyens.

Des patrouilles de la police sont déployées au bicentenaire afin de dissuader les groupes armés du quartier du village de Dieu de réaliser des forfaits sur le boulevard Harry Truman. Les autorités policières indiquent que de nouvelles dispositions sont envisagées afin de freiner les violences des gangs. Elles appelles à la participation de la population pour faciliter l'arrestation des criminels.

Le chef de l'état, Jovenel Moïse, avait pressé les forces de l'ordre à rétablir un climat sécuritaire dans ces quartiers et sur la route nationale qui relie la capitale à 5 départements.

LLM / radio Métropole Haïti