Le gouvernement haïtien a fait machine arrière dans sa décision d'augmenter les prix de l'essence. Un communiqué diffusé à la mi journée a indiqué que les dispositions, annoncées la veille, ont été suspendues.

Le ministre de l'information, Guyler C. Delva, a confirmé l'annonce dans les medias.

Des émeutes ont éclatées depuis hier après midi dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Plusieurs véhicules ont été incendiés et des entreprises vandalisées par des manifestants en colère.

De nombreuses barricades de pneus enflammés étaient installées dans les artères principaux de la capitale, de Delmas, Pétion ville et Carrefour.

Toutes les activités étaient paralysées ce samedi au lendemain de la hausse des prix des produits pétroliers. Des succursales de banques et des supermarchés avaient attaqués avec des jets de pierres par des groupes.

En début d'après midi de nombreux manifestants notamment à Pétion ville devant l'hôtel Mariott avaient annoncé la poursuite de la mobilisation jusqu'au départ du président Jovenel Moïse.

L'incertitude régnait dans la région métropolitaine d'autant que les mouvements de protestations s'étaient propagés dans certaines villes de province.

LLM / radio Métropole Haïti