Les tractations et consultations ont été lancées avec les parlementaires avant le début du processus de ratification de la déclaration de politique générale du Premier Ministre nommé, Jean Henry Céant.

Selon la procédure constitutionnelle M. Céant devra faire le dépôt de ces dossiers auprès des responsables des deux branches du Parlement. Une commission sera constituée en vue d'analyser les pièces soumis par M. Céant.

Toutefois après le dépôt du rapport de ladite commission il n'y aura aucun vote de l'assemblée.

La deuxième secrétaire du bureau de la chambre des députés, Gerda Benjamin, a révélé qu'une correspondance a été adressée à M. Céant afin de l'inviter à faire le dépôt de ses documents. La dite commission sera mise sur pied après la réception des documents.

Le président du Sénat, Joseph Lambert, et celui de la chambre des députés, Gary Bodeau, étaient impliqués dans les négociations ayant conduit à la nomination du notaire Jean Henry Céant au poste de Premier Ministre.

Il doit engager les consultations avec les législateurs en vue de constituer une majorité pour ratifier sa déclaration de politique générale. Aucun délai n'est prévue dans la constitution amendée pour la présentation de l'énoncé de politique générale.

Le Premier Ministre nommé doit obtenir auparavant l'adhésion d'une majorité d'élus.

Au cours des dernières semaines plusieurs parlementaires ont fait état de la dislocation du groupe majoritaire au Sénat. Le chef de l'état pourrait toutefois compter sur les élus du PHTK et ailés à la chambre des députés.

Avant la démission du Premier Ministre, Jack Guy Lafontant, le groupe majoritaire à la chambre basse comptait 71 membres.

D'âpres discussions sont envisagées entre le Premier Ministre nommé et les sénateurs en vue d'obtenir leur adhésion. Des dirigeants politiques ont fait valoir que des négociations autour des portefeuilles ministérielles sont inévitables.

M. Céant devra également trouver des accords avec des dirigeants de plusieurs partis politiques. Le coordonnateur de Lape, Anacacis Jean Hector, s'était plaint de l'incapacité des dirigeants de l'opposition à réaliser un front commun. Il souligne que les formations politiques de l'opposition peuvent former un groupe de 53 élus.

Au nombre des soucis du Premier Ministre nommé le poids du PHTK au sein du gouvernement. Les dirigeant de Tet Kalé ont cédé la Primature ainsi que les présidences des deux chambres à des partis alliés. Ils peuvent réclamer une forte participation au sein de l'équipe gouvernementale qui devra préparer les élections législatives de 2019,

LLM / radio Métropole Haïti