Le Président de la chambre basse se montre impatient d'atteindre la fin du processus de ratification du Premier Ministre nommé.

Plus de 72 heures depuis qu'il a été présenté officiellement à la nation, Jean Henry Céant n'a pas encore fait dépôt de ses pièces au bureau de la chambre basse. Ce que regrette le député Gary Bodeau qui semble vouloir aller vite en besogne.

Le parlementaire exhorte le notaire Jean Henry Céant à faire diligence en vue de franchir au plus vite cette étape constitutionnelle.

Selon l'élu de Delmas, beaucoup de défis sont à relever et le pays ne peut plus attendre.

Parallèlement, Gary Bodeau pose la formation d'un Gouvernement d'union nationale avec tous les partis politiques représentés au Parlement comme condition sine qua non de la ratification de l'énoncé de politique générale de Jean Henry Céant.

Invitant le prétendant à la Primature à faire vite afin de permettre à la commission parlementaire d'analyser minutieusement l'ensemble de ses documents, Gary Bodeau annonce également que les CV de tous les ministres que Jean Henry Céant aurait à choisir passeront également au peigne fin.

A la question de savoir pourquoi un tel empressement, le député Gary Bodeau avance des motifs comme la nouvelle année académique qui approche, des projets ou propositions de loi que doivent voter les parlementaires, le code pénal et le code de procédure pénale par exemple.

Entre temps les tractations et les négociations se poursuivent, dans la perspective de la formation du prochain gouvernement. Le parlementaire de la plate-forme Bouclier, opte pour une cohabitation, il invite le PM nommé à discuter avec les partis politiques représentés au parlement, ainsi qu'avec les acteurs de la société civile.

Alors que des critiques acerbes visent députés et sénateurs qui ne jurent que par une représentation au sein du gouvernement, l'élu de Delmas affirme sans ambages qu'il est plus que normal que des élus issus des partis politiques comme Fanmi Lavalas, Bouclier, OPL souhaitent y participer.

Pas question de laisser tout le Pouvoir entre les mains de Jean Henry Céant, conclut-il.

GEA/Radio Métropole Haïti