La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) assure que l'investigation sur la gestion des fonds de Pétrocaribe est réalisée de manière impartiale. Les conseillers de la Cour ont fait valoir que depuis 2014 leur arrêts ont été rendus sans complaisance et en toute indépendance.

Les conseillers Jean Ariel Joseph, Marie Nelta Fethiere, Fritz Robert Saint Paul, Monprevil Saint Juste et Pierre Volmar Demesieux promettent que le rapport sur le dossier Pétrocaribe sera publié en janvier 2019. Suivant la procédure le rapport réalisé, sur requête du Sénat, sera soumis au président du Sénat.

Cependant les conseillers font état de difficultés rencontrées dans le cadre des efforts pour accomplir cette tache spécifique. Ils révèlent que les ressources financières allouées pour cette mission sont insuffisantes. Dans le budget rectificatif seulement 10 millions de gourdes sont affectés à cette rubrique alors qu'une firme spécialisée a réclamé 70 millions pour réaliser les investigations.

De plus ils soutiennent que les firmes refusent de s'impliquer dans cette enquête. Des experts haïtiens et étrangers sont impliqués dans les investigations mais les conseillers refusent de communiquer leurs noms. Le conseiller Saint Paul soutient qu'il ne faut pas révéler l'identité des experts afin de les protéger.

L'accès au dossier constitue également un obstacle pour les enquêteurs de la Cour des Comptes. Les conseillers révèlent que la Primature a refusé de communiquer les résolutions du Conseil des Ministres relatives à la mobilisation des fonds de Pétrocaribe. Les conseillers ont été contraints de rechercher ces précieux documents auprès d'une autre instance. De plus les responsables du Bureau de Monétisation de l'Aide Publique au Développement BMPAD) ont également ignoré une requête des vérificateurs de la Cour des comptes.
< br> Le dossier est volumineux ont fait valoir les conseillers faisant état de plus de 300 projets inscrits dans les résolutions. Tous les projets seront analysés, ont promis les conseillers de la Cour des Comptes.

Le vice président de la Cour a regretté les menaces proférées sur les réseaux sociaux contre les conseillers. Il a fait valoir que ceci nuit à la sérénité nécessaire pour réaliser les investigations.

LLM / radio Métropole Haïti