Les dirigeants de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti expriment leur préoccupation en raison de l'intensification des mouvements de protestation dans le cadre de l'affaire Pétrocaribe. Dans une note les responsables de la CCIH constatent avec inquiétude que le pays « continue de faire face à d'immenses difficultés économiques, financières et sociales ainsi qu'à une incertitude politique pouvant déboucher sur un chaos généralisé ». « Les pénibles évènements des 6, 7 et 8 juillet derniers, fruits du ras-le-bol, de la colère ou de vengeances planifiées devraient inciter chaque citoyen, en particulier nos dirigeants, à prendre conscience de l'exigence d'efficacité, de transparence et de justice que le Peuple haïtien exprime à cor et à cri ».

Ils appuient sans réserve, la demande de reddition de comptes sur les dossiers de l'accord PétroCaribe et accueillent avec satisfaction l'annonce par la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif de sa décision d'effectuer un audit impartial de tous les projets financés par les fonds provenant dudit accord. La Chambre espère aussi que les organes sociaux de l'ONA et l'OFATMA puissent aussi bénéficier d'un tel regard.

« Que les vérificateurs et juges aient pour boussole le respect strict des règles dictées par les lois et règlements. Que les autorités étatiques, en particulier les organes du Pouvoir judiciaire, l'Unité Centrale de Renseignements Financiers (UCREF), l'Unité de la Lutte Contre la Corruption (ULCC), la Commission nationale des marchés publiques (CNMP) et la Direction Générale des Impôts (DGI) se préparent, suite aux conclusions de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, à rendre justice à qui justice est due, à punir ceux-là et celles-là qui auront enfreint la loi en détournant des fonds au détriment de toute une Nation et à prendre les dispositions pour recouvrer les fonds dus à l'Etat », concluent les responsables de la CCIH.

LLM / radio Métropole Haïti