L'ex candidate à la présidence du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Myrlande Manigat, juge que le Premier Ministre Haïtien, Jean Henry Céant, a fait un faux pas dans les premiers jours de son gouvernement. Elle critique la nomination de 3 ministres délégués après la ratification de sa politique générale par les deux branches du Parlement.

La constitutionaliste admet que la Constitution de 1987 amendée n'autorise ni n'interdit ces nominations. Toutefois elle soutient que M. Céant a envoyé un message divergent de son énoncé de politique dans lequel il prônait une certaine austérité.

L'ex sénatrice fait remarquer que la tache s'avère ardue pour M. Céant qui devra faire face à de nombreux défis. Il n'y a pas que le dossier Pétrocaribe, Tout est prioritaire. Il y la rentrée scolaire, la crise économique et la dévaluation accélérée de la gourde sont entre autres défis, insiste Mme Manigat ex secrétaire générale du RDNP.

Elle soutient que l'un des principaux chantiers du gouvernement sera la relance de la production nationale. L'état doit créer les conditions pour augmenter la production indispensable à la création de richesse, dit-elle. De l'avis de Mme Manigat les citoyens doivent attendre que le gouvernement soit à l'oeuvre.

Mme Manigat espère que le nouveau gouvernement pourra relever les défis urgents afin d'éviter de nouvelles souffrances aux citoyens.

Estimant que M. Céant devrait bénéficier d'une période de grâce, madame Manigat croit qu'il ne pourra avoir les 100 premiers jours en sursis.

LLM / radio Métropole Haïti