Le chef de l'état haïtien, Jovenel Moïse, s'évertue à trouver un dispositif pouvant venir en aide aux plus vulnérables avant l'application des recommandations du Fond Monétaire International (FMI).

En marge en marge de la 73ème Session ordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies, M. Moïse a eu des entretiens avec M Luis Alberto Moreno, Président de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) autour de la coopération au développement d'Haïti. Les discussions ont permis d'analyser l'appui de la BID aux efforts du gouvernement pour renforcer le filet social.

Suite aux émeutes des 6,7 et 8 juillet 2018 le président Moìse a en maintes occasions insisté auprès des responsables des institutions financières internationales sur la nécessité d'adopter en urgences des programmes sociaux en faveur des couches les plus vulnérables de la population.

Lors de la rencontre le président Moïse a rappelé la requête pendante du Gouvernement aux principaux bailleurs partenaires, pour le financement des programmes sociaux en prélude à l'application du « Staff Monitored Programme » (SMP) du Fonds monétaire international.

De son côté M. Moreno, a reconnu l'importance de cet accompagnement financier pour l'application graduelle des mesures préconisées dans le SMP. La hausse des prix de l'essence, qui résultera de l'arrêt des subventions est en ligne de mire des autorités haitiennes et des responsables de la BID.

De plus les deux parties se sont entendues pour que la BID maintienne son appui aux initiatives entreprises dans le cadre de la stratégie de la Caravane du changement.

LLM / radio Métropole Haïti