Le coordonnateur général de la Coordination nationale des ouvriers haïtiens (Cnoha), Dominique St Eloi, dénonce la faiblesse du nouveau salaire minimum journalier dans le secteur de la sous-traitance définit par arrêté publié lundi.

Selon lui le montant de 420 gourdes accordé est trop faible et ne compense même pas la forte inflation qui touche les ouvriers de plein fouet.

Intervenant pendant le journal du matin ce mardi, Dominique St Eloi a dénoncé le manque de volonté du gouvernement de dialoguer. Il a annoncé la mobilisation des ouvriers pour obtenir l'ouverture de négociations.

L'économiste Kesner Pharel dit comprendre la frustration qui domine parmi les employés de la sous-traitance suite à la promulgation de l'arrêté fixant leur salaire minimum à 420 gourdes.

Selon lui le problème de la faiblesse du salaire minimum dans ce secteur est largement lié au fait que le secteur privé haïtien continue de privilégier la sous-traitance de première génération qui ne génère pas de revenus important. L'économiste appelle à un changement de paradigme qui permettrait enfin aux ouvriers travaillant dans ce secteur économique de vivre décemment.

EJ/Radio Métropole Haïti