Les leaders de l'Opposition radicale se frottent les mains et entendent intensifier la pression sur le chef de l'état, Jovenel Moïse, suite au succès de la journée nationale de manifestation contre la corruption.

Le chef de file de Pitit Dessalines, Moïse Jean Charles, salue la forte mobilisation du peuple qui dit-il a compris le message de l'Opposition.

Fort de ce succès l'ex sénateur Jean Charles confirme la poursuite de la mobilisation en vue d'obtenir la démission du président Jovenel Moïse.

S'adressant aux hommes d'affaires M. Jean Charles a insisté sur la nécessité pour qu'ils œuvrent en vue de concrétiser la démission de M. Moïse. Il soutient qu'il n'y a pas eu de violences contre les entreprises lors de la journée du manifestation du 17 octobre 2018 mais ne peut garantir qu'il n'y aura pas une révolte généralisée des citoyens.

M. Moïse a indiqué que la mobilisation populaire n'a pas été convoquée par l'opposition mais soutient que c'est le président Moïse qui lui même l'a provoqué. C'est le résultat de son refus de juger les dilapidateurs des fonds de Pétrocaribe, a martelé l'ex candidat à la présidence.

Il assure avoir reçu l'appui de nombreux citoyens présents dans les rues hier lors de la grande journée de protestation contre la corruption.

LLM / radio Métropole Haïti