Des Maires de plusieurs villes ont exprimé leur colère et leurs frustrations contre l'Executif en perturbant hier le discours du chef de l'état haïtien, Jovenel Moïse, lors de la cérémonie inaugurale du congrès de la Fédération Nationale des Maires Haitiens (FENAMH).

Les Maires ont, en maintes occasions, élevé la voix pour protester contre certaines déclarations du chef de l'état qu'ils qualifient de mensongères. Sur le dossier de distribution de véhicules aux municipalités les Maires ont fait valoir que les promesses n'ont pas été tenues. Le président Moïse a admis que des difficultés empêchent la concrétisation du projet pour les 140 communes. Il a expliqué que le projet a débuté avec la distribution de véhicules dans les 10 régions.

Dans son allocution Le président Moïse a appelé les Mairies à travailler plus ce qui a une fois de plus provoqué la colère des Maires.

Se rendant compte d'une mesinterpretation de ses propos le président Moïse a expliqué qu'il invitait les Mairies à travailler plus afin de collecter d'avantage de taxes indispensables pour la réalisation des projets communaux.

En réaction le président de la FENAMH, Jude Edouard Pierre, a dans une interview à radio Métropole, déploré la réaction de certains de ses collègues. Il a relativisé faisant valoir qu'en réalité le groupe de contestataires ne dépassait pas 16 élus.

Il a rapporté la colère d'autres magistrats mécontents de l'affront au chef de l'état. Il a regretté que certains élus n'aient pas accueilli avec courtoisie le chef de l'état qui était invité à leur congrès.

M. Edouard s'est réjoui de la réaction appropriée du président Moïse qui a su maîtriser l'espace. Il a su prendre de la hauteur, commente le président de la FENAMH.

LLM / radio Métropole Haïti