Le ministre de l'économie et des finances, Ronald G. Décembre, annonce la hausse prochaine des prix du carburant mais assure que l'ajustement n'interviendra pas dans un bref délai.

Ce n'est pas pour demain ni pour décembre, a dit le grand Argentier de la république. Cependant il précise que le projet d'ajustement sera concrétisé à court terme.

En réalité le ministre a voulu lancer un ballon d'essai sur ce dossier très sensible. Une rencontre sur le projet de budget 2018-2919 avec le réseau des journalistes économiques a été l'occasion pour toucher ce sujet pratiquement tabou.

Le ministre Décembre avoue que le gouvernement s'évertue à mettre en place un mécanisme pour à la fois augmenter les prix de l'essence et maintenir stable les tarifs du transport en commun.

« L'idée est d'arriver à un mécanisme qui garde intact les prix du transport tout en ajustant ceux des produits pétroliers, tout en appliquant la loi de 1995 », a expliqué Ronald Décembre.

Le ministre des finances est un spécialiste du mécanisme des prix du transport. Lorsqu'il était haut fonctionnaire il avait négocié des ajustements de tarifs du transport avec les dirigeants de ces puissants syndicats de transport en commun.

Si le gouvernement parvient à éviter la colère dès syndicats de transport qui détiennent les manivelles de la grève générale la mesure pourrait être appliquée.

Le gouvernement marche sur des œufs et veut à tout prix éviter une nouvelle émeute.

Le 6 juillet 2018 une émeute avait éclaté sur l'ensemble du territoire suite à l'annonce de la forte hausse des prix de l'essence. Cette fois la hausse doit permettre d'éviter l'hémorragie. Le gouvernement doit subventionner les compagnies pétrolières pour compenser les pertes qu'elles concèdent sur la vente des hydrocarbures.

La facture s'élève à 2 milliards de gourdes pour les transactions réalisées jusqu'en septembre.

LLM / radio Métropole Haïti