Les activités économiques étaient perturbées ce matin dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Peu de véhicules de transport en commun étaient visibles dans les rues de Carrefour, Delmas, Pétion Ville, Tabarre et des zones avoisinantes.

En dépit de l'appel du ministre de l'éducation Pierre Josué Agenor Cadet, les établissements scolaires étaient fermés sur l'ensemble de la région.

Le climat de tension était toujours perceptible dans les artères de la capitale.

L'un des dirigeants de l'opposition Shiller Louidor rapelle que l'appel à la grève est maintenue pour les trois journée.

Le président du Sénat, Joseph Lambert, s'interroge sur les causes la paralysie des activités. Est la peur ou l'incertitude qui est à l'origine de cette situation, s'interroge M. Lambert.

Sur leur parcours hier les manifestants avaient érigé de nombreux barricades et jeter des tonnes de détritus sur la chaussée. Les autorités municipales devront nettoyer les des artères pour favoriser une reprise normale des activités économiques et académiques dans la capitale.

Ce matin des tirs nourris ont été entendus dans les quartiers populeux de Grand Ravine et La Saline.

LLM / radio Métropole Haïti