Le chef de l'état haitien, Jovenel Moïse, se dit déterminé à boucler son mandat de 5 ans. Dans une adresse à la nation après 4 jours de manifestations et de grève, le président Moïse a dénoncé le comportement des leaders de l'opposition qui selon lui violent la Constitution en réclamant sa démission.

Le combat politique doit être axé sur les idées lors des élections et non dans la violence, a martelé M. Moïse.

Il a condamné les violences sans faire allusion aux manifestations réalisées dans plusieurs régions du pays. Rien ne justifie les crimes et les menaces de crimes, a dit M. Moïse allusion aux menaces des leaders de l'opposition contre les officiels du gouvernement et des entrepreneurs.

Il a une fois de plus réitéré sa détermination à poursuivre le dialogue avec tous les secteurs de la vie nationale. En ce sens le chef de l'état prévient que la charge a été confiée au Premier Ministre Céant. Il promet un dialogue entre les haitiens sans exclusion afin de définir un programme pour le bien être des générations futures.

En ce qui a trait à la violence des gangs armés, le président Moïse annonce la réactivation de la commission de désarmement. L'impunité ne fait pas bon ménage avec la démocratie les autorités judiciaires doivent punir ceux qui sèment le deuil au sein de la population, a martelé M. Moïse.

Il presse le Premier Ministre et son gouvernement à rétablir la paix et la sécurité sur l'ensemble du territoire.

De plus il annonce des programmes d'apaisement pour les couches vulnérables dans les quartiers populeux.

LLM / radio Métropole Haïti