Le gouvernement et les Parlementaires sont préoccupés par la complicité entre des officiels et des chefs de gang.

Lors d'une audition au Sénat ce mardi 4 décembre 2018, les membres du Conseil Superieur de la Police Nationale (CSPN) et des sénateurs ont fait état d'une confusion autour du véhicule officiel ayant exfiltré le chef de gang de Village de Dieu.

Le Premier Ministre Jean Henry Céant, a évoqué la possibilité que de fausses plaques minéralogiques soient utilisées. Les plaques raportés par les informateurs n'étaient pas conformes à la réalité.. Il y a peu être duplication de plaque, concède. M. Céant assurant qu'une investigation est en cours.

De son côté le président du Sénat, Joseph Lambert, a soutenu que les policiers doivent appréhender les parlementaires qui investissent un champ de flagrant délit. Il faut arrêter le parlementaire et le conduire au Palais de Justice. Personne ne peut se couvrir de l'immunité pour protéger des bandits, a dit M. Lambert.

C'est également l' avis de plusieurs sénateurs qui ont mis l'accent sur la forte détérioration du climat sécuritaire.

Lors des débats les sénateurs ont insisté sur la nécessité pour que le chef de la Police fournisse toutes les informations sur les numéros de plaques minéralogiques suspectées d'avoir offert un refuge à des criminels.

Les sénateurs Onondieu Louis et Carl Murat Cantave ont fait valoir que les forces de l'ordre doivent appréhender les officiels se trouvant dans une situation de flagrance.

M. Gédéon a concédé que des informateurs se seraient trompés sur la plaque d'immatriculation.

LLM / radio Métropole Haïti