Le député Printemps Belizaire nie avoir aider le chef de gang du Village de Dieu, Arnel Joseph, a échappé aux forces de l'ordre.

Lors de l'audition des membres du Conseil Superieur de la Police Nationale (CSPN), hier, le président du Sénat, Joseph Lambert, avait interrogé le chef de la Police sur un quelconque lien entre le député Belizaire et le véhicule ayant exfiltré le chef de gang lors de l'intervention du 3 novembre 2018.

Le député Lavalas considère les déclarations du président du Sénat comme une machination politique à son encontre. Je n'ai jamais utilisé une plaque d'immatriculation officielle, lance le parlementaire invitant les journalistes à mener une enquête sur ce dossier.

Il entend recourir à la justice pour défendre ses droits faisant valoir que les graves accusations constituent une épée de Damocles sur sa tête. Ma vie et la vie des membres de ma famille sont en danger parce des gens peuvent tirer sur ma voiture prétextant que je protège un chef de gang, dit-il.

Faisant valoir qu'il ne connaît pas le chef de gang Arnel, le député Belizaire estime que les accusations visent à l'assassiner en raison de son opposition au président Jovenel Moïse.

Outre un recours auprès des autorités judiciaires le député de la 3 ème circonscription de Port-au-Prince promet de fournir des détails autour de ce dossier.

De l'avis du député Belizaire la machination politique a été lancée parce qu'il est l'un des fers de lance de la mobilisation anti gouvernementale dans le dossier Pétrocaribe.

Lors de l'audition des membres du CSPN, le Premier Mknistre Jean Henry Céant avait fait état de la poursuite de l'enquête en vue d'identifier les officiels qui offrent une protection à des chefs de gang.

LLM / radio Métropole Haïti